Le département du Gard et son économie

L’économie d’une région doit refléter comment elle se porte en général. Le Gard est un département polyvalent qui possède de nombreuses ressources. Il a connu des hauts et des bas, mais en général, il s’en sort plutôt bien.

Agriculture

Le Gard, c’est 244 750 hectares de forêt, ce qui représente pas moins de 40 % de la surface totale du département. Pour le cas de la surface qui est affectée à la production agricole, les chiffres s’élèvent à un peu plus de 162 046 hectares. Parmi les produits qui connaissent le plus grand succès chez les agriculteurs du département, il y a les vignes avec pas moins de 55 400 hectares d’exploitation. En outre, il y a aussi le secteur céréales qui occupe plus de 18 % de la surface cultivable de la zone. En plus de cela, il existe 5,5 % de prairies artificielles et de cultures de fruits (y compris les châtaignes) avec 8 419 hectares. Le reste est fait pour la culture de légumes et autres.

Pour le cas du domaine du Bio, le département du Gard n’est pas en reste. En effet, il regroupe en son sein un total de 728 exploitations bios qui couvrent quand même une importante surface. Le Gard est donc assez bien classé en termes d’agriculture en France.

Baisses inquiétantes et valeurs sûres

Parmi les marchés qui fonctionnent bien dans le Gard, il y a la vente par correspondance, mais dont la croissance stagne quelque peu, et cela, dans tout le territoire français. C’est encore plus inquiétant du côté des grands distributeurs (super et hypermarchés) dont les chiffres n’atteignent pas les objectifs attendus. Le Gard est un département rural, donc, il est assez normal qu’il soit plus tourné vers le secteur primaire de l’agriculture. Le vignoble et diverses autres cultures s’y développent, quant à eux, très bien.

Ressources naturelles

Outre les terres agricoles, la géographie du Gard lui offre tellement de richesses naturelles exploitables. Son économie peut y retrouver son dynamisme. C’est un capital naturel qui peut vraiment aider cette zone à se développer de manière considérable. Beaucoup de produits de construction, par exemple, nécessiteront moins d’importation, car tout pourra se produire dans le département. Le charbon était aussi l’une des bases de l’économie du Gard. Mais à cause des réformes liées à la transition énergétique, l’exploitation se retrouve plus limitée, même s’il y a toujours un important stock. Les Cévennes sont de même une importante source de schiste, mais sa possible exploitation a fait l’objet de plusieurs protestations de la part des producteurs locaux. Les investisseurs n’y sont pas alors les bienvenus.

Pour résumer donc, le bilan est assez mitigé quant à l’économie du Gard. Néanmoins, il y a des filons exploitables comme l’agriculture et l’extraction des ressources naturelles. Mais il ne faut pas aussi oublier le tourisme qui fait bien vivre le département.

Plus d’infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *